Epiphania, l’arrivée des mages

6 Jan, 2022

Aujourd’hui, c’est l’é­pi­pha­nie, célé­brée selon la litur­gie catho­lique dans de nom­breux pays d’Europe occi­den­tale tels que l’Espagne ou l’Italie. Depuis le 19ème siècle, le « jour des rois » fait réfé­rence à la venue des rois mages d’Orient dési­gnant l’Est par oppo­si­tion à la Terre Sainte, afin de rendre hom­mage au divin enfant, comme rela­té dans l’Évangile selon St Matthieu du nou­veau testament.

En France, la fête s’est démo­cra­ti­sée et c’est le moment de dégus­ter la fameuse galette des rois, sym­bo­li­sant le soleil doré, pour y décou­vrir la fève et nous cou­ron­ner roi !

Aux origines de la célébration

L’épiphanie tire son sens des célé­bra­tions païennes inven­tées pour encen­ser la lumière. Issu du grec “epi­pha­nios”, epi­pha­nês signi­fiant « illustre, écla­tant », de épi- « sur » et phai­nein « briller ».
Les « Épiphanes » sont, dans la culture grecque, les 12 divi­ni­tés de l’Olympe appa­rues aux hommes, avec en pre­mier lieu, Zeus, le dieu de la Justice céleste.
Dans l’Antiquité, les Romains fêtent les Saturnales qui durent 7 jours pen­dant les­quels on peut s’op­po­ser à la hié­rar­chie sociale et la logique à coup de scènes théâ­trales ou parodies.

Étant actuel­le­ment à Tenerife, sur l’une des îles vol­ca­nique appar­te­nant à l’ar­chi­pel des Canaries, je vous fait part de la tra­di­tion locale y ayant lieu.
Les rois riche­ment cos­tu­més, débarquent en héli­co­ptère et atter­rissent, accla­més par la foule, au cœur du stade de Santa Cruz de Tenerife, la capi­tale de l’ile, sié­geant au nord. Il s’a­git d’une ville por­tuaire à l’ar­chi­tec­ture colo­niale, aux arbres exo­tiques et petites ruelles ani­mées et colorées.

La parade de rue en Espagne

Les rois paradent ensuite dans les rues à che­val ou ins­tal­lés dans des chars et les gens les suivent, avec leurs enfants qui réclament des “camel­los” ou bon­bons. On est loin de la myrrhe, de l’en­cens et de l’or cen­sés avoir été appor­tés par les rois mages à l’en­fant Jésus !

Le « Roscon de Reyes » ou gâteau des rois

D’après un rite espa­gnol plus récent, la veille au soir, chaque enfant place ses chaus­sures en vue avec des bon­bons pour les rois et de la paille pour réga­ler les cha­meaux, dans le but de rece­voir un jou­jou. Une sorte de deuxième noël. Au petit matin, on déguste le “Roscón de Reyes”, brioche cir­cu­laire four­rée de fruits confits, sym­bo­li­sant les pierres pré­cieuses dont sont déco­rés les man­teaux des rois.
Dans la pénin­sule ibé­rique cet évé­ne­ment est plus impor­tant que Noël ! 

#rois­mages #épi­pha­nie #fete­re­li­gieuse #cele­bra­tion­lo­cale #espagne #îles­ca­na­ries

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée.

D’autres actualités…

Fête de la musique

Fête de la musique

Pour cer­tains elle rime avec caco­pho­nie et bruit urbain assour­dis­sant, pour d’autres c’est un moyen de déam­bu­ler dans les rues, de sor­tir de sa zone…

lire plus
L’origine des fêtes de Pâques

L’origine des fêtes de Pâques

Pâques, même dans un monde qui s’éloigne de l’Église, est consi­dé­rée aujourd’hui comme la plus impor­tante fête du christianisme.De nos jours, les…

lire plus

Contactez-moi

Demander des renseignements

4 + 5 =

Contacter votre guide

06 49 85 82 74

elodie.reisetrip@gmail.com