Aux origines de la Saint-Valentin

14 Fév, 2023

Plus que de les fêter, en tant que guide confé­ren­cier, trans­met­teuse de l’in­for­ma­tion et pas­sion­née d’art et d’his­toire, il est pri­mor­dial de com­prendre l’o­ri­gine des fêtes païennes et reli­gieuses, patri­moine imma­té­riel qui ponc­tue notre calen­drier grégorien.
On célèbre la plu­part avec beau­coup de fré­né­sie et d’en­train sans par­fois même son­ger à ce qui se cache der­rière le rite…

Les légendes et fables au sujet de la Saint-Valentin se croisent et se toisent. On a jamais ces­sé de dénom­brer les mar­tyrs Saint Valentin dans l’his­toire de la chré­tien­té et les cher­cheurs, guides ou média­teurs de l’in­for­ma­tion ne par­viennent pas à s’ac­cor­der sur le sujet. J’ai com­pi­lé plu­sieurs légendes, je vous laisse vous en délecter.

La légende blasphématoire

Au 3ème siècle, sous l’Empereur Claude, le mariage étant pro­hi­bé, un prêtre nom­mé Valentin bra­va l’in­ter­dit en célé­brant clan­des­ti­ne­ment les noces des amou­reux tran­sis. Arrêté puis condam­né à mort, le prêtre ren­contre la fille de son geô­lier à qui il se met à envoyer des mots doux signés “ton Valentin”…

Camasei-lupercales-musee du prado-reisetriptours-elodie marie-guideconférenciere-blog

Orgie romaine patriarcale

On raconte aus­si que La Saint-Valentin rap­pelle les “Lupercales” romaines, rite de puri­fi­ca­tion en hom­mage au dieu de la fécon­di­té, Lupercus. Aucune source sûre ni aucun his­to­rien ne peut cepen­dant confir­mer l’exac­ti­tude de cette tradition.
Ce jour-là les prêtres devaient sacri­fier un bouc pour hono­rer Lupercus devant la grotte où la louve avait allai­tée les fon­da­teurs de Rome, Romulus et Remus. Le bouc repré­sen­tait un sym­bole de fécon­di­té et vigueur sexuelle. 

Ces hommes d’Eglise revê­taient ensuite la peau du bouc sacri­fié et par­cou­raient les rues en fouet­tant les femmes avec des lanières de cuir de chèvre dans le but de les rendre plus fécondes (en réfé­rence à l’en­lè­ve­ment des Sabines sté­riles). Le noble but recher­ché était de faire explo­ser le taux de nata­li­té de l’empire romain jugé trop bas.
Selon d’autres sources qui, au vu de l’a­gi­ta­tion géné­rale de fête arro­sée, sont plu­tôt avé­rées, des jeunes femmes étaient enle­vées puis abu­sées. Il s’a­gis­sait d’une période de dépra­va­tion sexuelle et dés­in­hi­bi­tion où la femme était une fois encore et sans surprise…le bouc-émissaire !

article-origines-saint valentin-reisetriptours-elodie marie-guide conférenciere-blog

L’annonce du printemps

On relate aus­si que le 14 février est le jour que les oiseaux favo­risent pour s’ac­cou­pler enton­nant des chants mélo­dieux. A croire qu’ils s’ins­pirent de leur rivaux mam­mi­fères ver­té­brés non ovi­pares que sont les humains.

Le valentinage

Au Moyen-âge, il s’a­gis­sait du seul jour où les femmes étaient « auto­ri­sées » à pra­ti­quer l’a­dul­tère au même titre que les hommes sans ris­quer leur tête.
Au 14ème siècle, dans les familles aris­to­crates bri­tan­niques, on avait pour habi­tude d’ac­cou­pler au hasard les jeunes gens, enfin tou­jours dans le même sens évi­dem­ment : une jeune fille se voyait offerte à un jeune homme et durant la jour­née, ils avaient des « obli­ga­tions » l’un envers l’autre. Le valen­tin et sa valen­tine s’of­fraient des petits cadeaux et se fai­saient des galanteries.

La cou­tume est arri­vée à la Cour de Savoie, puis elle s’est répan­due en France. Dans le monde let­tré, le valen­ti­nage s’est enri­chi par l’en­voi de poèmes de St Valentin : les « Valentines », mots doux et ampou­lés pour souf­fler son amour à l’é­lu de son cœur.

photo tradition saint valentin-reisetriptours-elodie marie-guide conférenciere-blog

La Saint Valentin en France

Cette cou­tume d’é­change de lettres d’a­mour pour révé­ler les affi­ni­tés s’est trans­for­mée peu à peu en fête des amoureux.
Depuis le 18ème siècle, la cou­tume de l’en­voi de “valen­tines” s’est géné­ra­li­sée en Grande-Bretagne puis, en Amérique du Nord où elle a pris le nom de “Valentine’s day”.
Puis la cou­tume s’est répan­due en Europe avec l’ar­ri­vée des G.I. à la fin de la seconde guerre mondiale.

#jour­fe­rie #gui­de­con­fe­ren­cier #legen­des­de­pro­vence #natu­re­cul­tu­re­bie­netre #patri­moi­neo­ral #cultu­reet­tra­di­tions

Camasei-lupercales-musee du prado-reisetriptours-elodie marie-guideconférenciere-blog
article-origines-saint valentin-reisetriptours-elodie marie-guide conférenciere-blog
photo tradition saint valentin-reisetriptours-elodie marie-guide conférenciere-blog

1 Commentaire

  1. Caldier

    Petite pré­ci­sion le mariage était “pro­hi­bé” car il fal­lait que les hommes aillent ren­for­cer l’ar­mée, c’é­tait la guerre en conti­nue pour agran­dir la domi­nance romaine et une fois mariés, ils ne par­taient plus

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e‑mail ne sera pas publiée. Les champs obli­ga­toires sont indi­qués avec *

D’autres actualités…

Le temps de l’Avent Noël

Le temps de l’Avent Noël 

Comme de nom­breuses tra­di­tions du folk­lore pro­ven­çal, il nous vient de la chré­tien­té. Aujourd’hui c’est un rite popu­laire qui n’a plus de…

lire plus

Contactez-moi

Demander des renseignements

10 + 4 =

Contacter votre guide

06 49 85 82 74